•  

    On raconte l'histoire d' une femme poursuivie par des tigres. Elle court et court et les tigres se rapprochent de plus en plus. Quand elle atteint le bord d'une falaise, elle aperçoit des plantes grimpantes, alors elle descend le long de la falaise en s'y accrochant. Elle regarde en bas et constante qu'il y a aussi des tigres en dessous. La femme remarque alors une souris en train de ronger la tige à laquelle elle se cramponne. Elle voit aussi de superbes fraises tout à coté, qui dépassent d'une touffe d'herbe. Elle regarde en haut, puis en bas. Elle regarde la souris. Puis, elle décide de cueillir une fraise, la met dans sa bouche et la savoure pleinement.

     

    Tigres au-dessus, tigres en dessous. C'est, en fait, la situation difficile dans laquelle nous sommes sans cesse quant à notre vie et notre mort. Chaque instant n' est que ce qu'il est. Cela pourrait être l'unique instant de notre vie, cela pourrait être la seule fraise que nous mangerons jamais. Nous avons le choix entre nous laisser abattre par cela ou l'apprécier pleinement et tirer une grande joie de ce qu'il y a de précieux dans chaque instant de notre vie.

     

    Entrer en amitié avec soi-même, Pema CHÖDRÖN

     


    4 commentaires
  •  

    Un paysage de terre cuite
    Un ciel qu'on dirait de Magritte
    La grange couverte de lierre
    Le lézard qui dort sur la pierre
    Le chat enroulé sur le seuil
    L'insecte caché sous les feuilles
    Le monde est dans ses couleurs pures
    Comme dans tes boîtes de peinture



    Venue d'au delà des nuages
    Du fond du temps et des âges
    Il tombe une étrange lumière
    D'herbe, de vent, de poussière
    Sur nos deux fauteuils inutiles
    Ce cerf-volant pris sur les tuiles
    Les choses semblent être éternelles
    Comme dans tes boîtes d'aquarelle



    Dans le bleu ciel entre les branches
    L'avion laisse une traînée blanche
    Comme un ruban, un long nuage
    Comme pour dire "Tout se partage"
    Au matin, sur le lac immense
    Il suffit qu'une barque avance
    Et l'eau tremble à n'en plus finir
    Comme pour dire "Tout se déchire"



    Peut-être essaies-tu quelque part
    De peindre l'amour de mémoire
    De recomposer les couleurs
    D'automne mourant sur un cœur
    Si tu veux savoir où j'en suis
    Les choses ont peu bougé depuis
    Ce jour où tu as tourné le dos
    Sauf peut-être l'ombre au tableau



    Dans le bleu ciel entre les branches
    L'avion laisse une traînée blanche
    Comme un ruban, un long nuage
    Comme pour dire "Tout se partage"
    Comme pour tes débuts à la gouache
    Sur la jolie toile, une tache
    Toute dans le blanc diluée
    Comme pour dire "Tout se défait"



    Dans ta lumière favorite
    Celle qu'on dirait de Magritte
    La grange couverte de lierre
    Le lézard qui dort sur la pierre

     

    Album des Roses et des Orties - 2008

     

    c'est impressionnant comme cette chanson, de cet artiste la, me parle...juste un symbole...juste l' ombre au tableau...juste pour TOI, ...  « tout se partage, tout se déchire, tout se défait »...si tu veux savoir où j' en suis, les choses ont peu bougé depuis, ce jour ou tu as tourné le dos, sauf peut être l' ombre au tableau.... 


    4 commentaires
  •  

    Cette vie, semble pour toi s' arrêter là...

    Je te souhaite un départ paisible...

    Je te souhaite une prochaine vie heureuse...

    du fond de mon cœur...

     

    je pense tres fort à vous...

     

     

    tu sembles avoir décidé de rester encore un ti peu dans cette vie la...

    au grand soulagement de ceux qui t' entourent...

    alors, je viens juste modifier mes mots...

    et dire je crois juste CARPE DIEM...

    un CARPE DIEM rempli d' espoir pour toi et de toutes mes pensées pour vous....


    6 commentaires
  •  

    « vite fait »...

     

    MAIS AVEC TOUT MON COEUR....


     

    Ps : je ne me permets de mettre, ici , ce dessin que parce qu'il est ailleurs...

    l'envie m' en démanger...le RESPECT m' en empêcher...


    4 commentaires
  •  

    As-tu déjà observé les enfants jouer sur un carrousel ou écouter la pluie tomber sur le toit ? Déjà suivi un papillon volant gaiement ou bien admiré un coucher de soleil? Tu devrais t'y arrêter.


    Ne danse pas trop vite car la vie est courte. La musique ne dure pas éternellement. Est-ce que tu cours toute la journée, toujours pressé(e)?
    Lorsque tu demandes "Comment ça va?", est-ce que tu prends le temps d'écouter la réponse ? Lorsque la journée est terminée, est-ce que tu t'étends sur ton lit avec100 000 choses à faire qui courent dans ta tête?


    Tu devrais ralentir. As-tu déjà dit à ton enfant "nous le ferons demain", et de le remettre au surlendemain? As-tu déjà perdu contact avec un ami, laissé une amitié mourir parce que tu n'avais jamais le temps d'appeler pour dire bonjour ?


    Tu ferais mieux de ralentir, ne danse pas trop vite car la musique cessera un jour. La vie est si courte. Lorsque tu cours si vite pour te rendre quelque part, tu manques la moitié du plaisir d'y être.


    Lorsque tu t'inquiètes et te fais du souci toute la journée, c'est comme un cadeau non ouvert que tu jetterais . La vie n'est pas une course, tu dois ralentir ton rythme, prends le temps d'écouter la musique avant que la chanson ne soit terminée.


    Publié par SARAH, novembre 2006


    4 commentaires