•  

    Je sais...je sais à quel point ce sera difficile...mais je veux dépasser ce que j' ai à dépasser...

    Je veux arrêter de reproduire éternellement les mêmes situations et les mêmes solutions....

    je sais à quel point ces solutions ne sont pas les meilleures....

    ni pour moi...

    ni pour les gens qui m' entourent...

    Changer ce fonctionnement , si profondément encré en moi...

    depuis tant d' années...

    fonctionnement qui a tant fait souffrir autour de moi...

    qui me fait tant souffrir...

    Tant de questions dont je voudrais trouver la réponse....

    tant d' événements que je voudrais comprendre...

    et je ressens tellement l' urgence de tout ça...

    parce que oui , L' IMPERMANENCE...comme vérité....

    j' ai aujourd' hui l' impression d' avoir tellement de choses à comprendre avant de partir...

    d' avoir tellement de choses à donner...à partager...

    et peut-être oui , à recevoir...

    Commencer peut-être, par comprendre pourquoi...

    recevoir peut être si douloureux...

    et pourtant refuser , n' est-ce pas un profond manque de respect...??

    envers ceux qui donnent...

    envers moi...

    envers ma maman...

    Toutes ces questions....toutes ces réflexions...

    avec toujours encré dans mon cœur... mon être

     

    CARPE DIEM

     

    et le hasard n' existe pas...

    il faut juste être prêt à comprendre...

    alors , oui , ça fait peur...

    c' est pas facile...

    mais je me dois , je lui dois d' essayer...

    encore

    et toujours tant que je respire...


    4 commentaires
  •  

    Pour VOUS , TOUS ….

    qui êtes profondément encrés dans mon cœur ,

    VOUS qui êtes partis...

    VOUS qui êtes là....

    VOUS TOUS que j' aime du plus profond de mon cœur...

    je voudrais partager avec vous ce texte...qui me parle...très très fort...

    QU' IL PUISSE VOUS PARLER AUSSI FORT A VOUS....

     

     

     

    « C ' est une expérience

    de plus en plus forte chez moi

    ces derniers temps :

    dans mes actions

    et mes sensations quotidiennes

    les plus infimes

    se glisse un soupçon d' éternité.

    Je ne suis pas seule à être fatiguée,

    malade , triste , ou angoissée,

    je le suis à l' unissons

    de millions d' autres

    à travers les siècles,

    tout cela c' est la vie;

     

    LA VIE EST BELLE

     

    et pleine de sens dans son absurdité,

    pour peu que l' on sache y ménager

    une place pour tout

    et la porter toute entière en soi

    dans son unité ;

    alors la vie ,

    d' une manière ou d' une autre,

    forme un ensemble parfait.

    Dès qu' on refuse

    ou veut éliminer certains éléments,

    dès que l' on suit son bon plaisir

    et son caprice pour admettre

    tel aspect de la vie

    et en rejeter tel autre,

    alors , la vie devient en effet absurde;

    dès lors que l' ensemble est perdu,

    tout devient arbitraire »

     

    Etty HILLESUM

     


    6 commentaires
  •  

    Pour VOUS ,

     

    voilà , on y est...une page de ma vie professionnelle est en train de se tourner...

    cette page , fait partie du livre de ma vie , et en fera toujours partie...

    ces 6 ans passés dans ce service m' auront appris beaucoup

    auront participé à ma construction professionnelle

    mais aussi à ma construction personnelle

    chacun d' entre vous gardera une place toute particulière dans mon « moi »,

    je n' oublierai pas ces moments partagés avec VOUS

    ces moments parfois difficiles ,

    ces moments parfois si forts,

    cette main qui a serré si fort la mienne ce jour là...la vôtre...

    votre présence ,

    vos mots,

    juste MERCI de ces années de ma vie que vous avez partagé...

    de ce que vous m' avez offert...

     

    voilà , j' ouvre juste une nouvelle page...

    mais le livre reste le même..

    ET CHACUN DE VOUS EST INSCRIT DANS MON LIVRE

    DANS L' HISTOIRE DE MA VIE...

     

    JUSTE MERCI...

    et juste

    CARPE DIEM...


    14 commentaires
  •  

    POUR VOUS


    Un petit passage pour vous voir...je m' imaginais vous trouver « travaillant » , « créant » avec vos doigts de fée...minutieusement...mais je vous ai sentie si triste...j' ai vu vos si jolis yeux tous verts , tous transpirants...je me suis assise juste à coté de vous , j' ai pris votre main et j' ai juste dit : laisser couler ces larmes...

    Il y avait tant de culpabilité...  «  Je n' aime pas me voir comme ça...et puis , vous avez votre travail ... »

    Je vous au juste sourit , caressé la main et répondu : ben , mon travail c' est ça...être prés de vous...et vous permettre de dire votre douleur...alors , oui , là , vous avez raison , je fais mon travail...

    et vous avez sourit...avec vos si jolis yeux verts...


    merci de ce joli moment que vous m' avez offert , que vous m' avez permis de vivre

    merci de m' avoir permis de faire mon « travail »...

    MERCI de toute cette force que vous m' avez donnée...


    PRENEZ SOIN DE VOUS...


    4 commentaires
  • voilà un joli texte qui me parle...que j' ai trouvé au cours d' une ballade virtuelle...

    toi qui souffres

    Toi qui souffres, tu me juges. Serais-je à la hauteur de tes peines et de ta souffrance ? Saurais-je prendre sur moi tes maux ?

    Tu me provoques, tu te montres sous ton mauvais jour, tu en rajoutes. Tu veux que je sache que tu souffres, tu veux que je m'intéresse à ta douleur, que je compatisse. Peut-être même voudrais tu que, quelques temps au moins, je la prenne sur mes épaules.

    Peut-être me défieras-tu de t'aider. Peut-être placeras-tu la barre haut, pour voir jusqu'où je serai près à te suivre, jusqu'où je serai prêt à être quelques temps seulement ta victime.

    Arriverais-je alors à t'atteindre malgré toi, pourrais-je franchir cette barrière que tu dresseras ? Tu l'espères et pourtant tu ne feras rien pour me faciliter la tâche, au contraire. Tu joueras le mélodrame, tu joueras l'inaccessible. Peut-être seras-tu cruel ou te montreras-tu vindicatif à mon égard.

    Toi qui pleures dans ton âme, tu voudrais que je soi ton ami tout en étant ton vassal. Tu t'en veux sans doute toi-même de ce comportement, mais tu ne sais comment agir autrement. Ton instinct en appelle à ta survie : vite éloigner ta douleur. Et dans cette précipitation, tu penses le seul moyen de te libérer que de faire maintenant de moi ton sujet.

    Je ne franchirai pas la barrière. La meilleure aide que je pourrai t'apporter sera à la fois d'être présent et distant. Si tu es à terre, je te tendrai la main, mais il te faudra tendre la tienne pour l'atteindre. Je serai patient, mais ni tes cris, ni tes larmes ne me feront avancer vers toi pour te relever. Toi et toi seul le décidera en tendant vers moi ton bras. Je t'écouterai si tu le souhaites. Je ne te conseillerai que si tu me le demandes. Je ne répondrai à tes interrogations que si tu me les formules. Mais je serai présent, tant je le pourrai.

    Toi qui attends de moi, toi qui veux oublier cette souffrance, je ne saurais mieux t'aider qu'à t'encourager à retrouver tes capacités et à te soutenir. Mais ne te trompe pas à ce mot : je ne serai ni ton porteur, ni ton guide : un simple compagnon de voyage. Il te faudra fournir toi-même l'effort qui te permettra d'avancer, il te faudra tenir sur tes jambes. Mais nous pourrons nous appuyer l'un sur l'autre et nous aider mutuellement à progresser.

    Et chacun de nous décidera librement de prendre un autre chemin lorsqu'il en ressentira le besoin. Nous nous satisferons des pas parcourus ensemble. Chacun nous nous réjouirons de nos chemins et rencontres futures. Des miens, des tiens.

    auteur anonyme


    4 commentaires